contact

Tel: 01 42 29 49 40

archi@beharferenczi.com

70 rue Joseph de Maistre

75018 Paris

1/9

Clamart Hôpital Antoine Béclère

2018

Le programme :

Regroupement des activités de l’hôpital de jour dans un bâtiment unique avec extension.

Au niveau 1

> Medecine, circuits courts / longs

> Chimiothérapies

> Obésité

Au rez-de-chaussée bas

> Addictologie .

Les objectifs de l’hôpital étaient :

> d’optimiser les surfaces en mutualisant des bureaux, et en mettant en place des circuits clairs et différenciés permettant d’optimiser le parcours patient

> de donner une identité architecturale à l’hôpital de jour

> d’offrir au patient au sein de son parcours des espaces de vie agréables, spacieux, polyvalents (attente / repas / travail).

maîtrise d’ouvrage

Assistance publique, Hôpitaux Universitaires Paris Sud
Site Antoine Béclère

157, rue de la Porte de Trivaux 92 140 Clamart

maîtrise d’oeuvre

Michèle Behar et Manuelle Ferenczi
Madeleine Clavel assistante

Iconex, BET fluides

EVTB, économiste

ETECH, BET structure

mission

complète

surface

1 320 m2

coût des travaux

1 600 000 € HT

entreprises

maçonnerie carrelage - Loi

cloisons - TEP

menuiseries ext. aluminium  - J2M

menuiseries int. bois - Papet

sols souples - SER

peinture  - Peintisol

faux-plafonds - SERTAC

CVC plomberie - Guinier

électricité - Derichebourg

fluides médicaux - Driot

Notre intervention :

Nous avons cherché à offrir aux patients des espaces lumineux, fluides, dans lesquels l’orientation soit facile.

Au cœur de la puissante architecture de l’hôpital, nous proposons une façade vitrée calme, abstraite. L’organisation intérieure se fait à partir d’un lieu de vie polyvalent, lumineux, qui se développe le long de la façade et autour des postes d’accueil, offrant des ambiances différenciées. Les boxes de soin, les chambres et les bureaux sont distribués à partir d’une circulation périphérique. Cette circulation va s’animer dans la dimension verticale par des canons à lumière, et dans la dimension horizontale avec des cloisons vitrées. Le travail sur le mobilier met en valeur ces transparences :

> En périphérie, le long de la façade, des tablettes en bois se transforment selon les besoins en petits bureaux, tables de chevet, banquettes, rangements.

> Au centre, le long de la circulation, une ligne colorée de « mobilier épais », haut ou bas, vient se glisser entre les poteaux et former les parties pleines des cloisons, en y intégrant des armoires, des vestiaires, des bancs, des casiers. Ces dispositifs donnent unité et profondeur aux plateaux tout en préservant l’intimité des zones de soin.